De retour d’Arménie

Situé au carrefour de l’Europe et de l’Asie, l’Arménie est une perle rare, à découvrir rapidement, avant l’arrivée des foules de « touristes ». Rajeev, créateur des voyages Huwans en Asie, revient de ce fabuleux pays. Il nous raconte son voyage.

En compagnie de mon chauffeur Tigran et ma guide francophone Marinée, j’ai parcouru l’Arménie du nord au sud. Je connaissais ce pays pour son patrimoine culturel mais je ne voyais pas cette destination aussi montagneuse. La nature y est préservée et les possibilités de randonnées sont sans fin. La convivialité est un autre mot clé de mon voyage.

Arménie, un berceau de civilisation

Il est difficilement imaginable qu’un petit pays comme l’Arménie puisse avoir une histoire aussi riche et ancienne. Un voyage d’aventures en Arménie, c’est un voyage dans le temps. Si les plus anciens spécimens des peintures rupestres de l’Arménie datent du XVe millénaire avant notre ère, ce qui est vraiment remarquable dans cette destination c’est son patrimoine architectural bâti autour du christianisme. Kor Virap, Noravank, Tatev, Haghpath… sont quelques exemples des incontournables de l’Arménie. Ces édifices sont fascinants pour leur architecture et leur histoire, mais également pour le cadre et la beauté des sites. J’ai particulièrement aimé le monastère de Kobayre, un lieu peu visité car il est accessible uniquement à pied. De Odzun, nous avons randonné dans les gorges de Debed et subitement, au milieu de la végétation est apparu ce monastère. C’était comme si nous avions trouvé un trésor caché ! Ce fut un moment simplement magique !

Arménie, un pays de montagnes

Dès l’arrivée à Erevan, j’ai été séduit par la beauté du majestueux mont Ararat, situé en Arménie occidentale (Turquie actuelle). Aux portes du massif de Caucase, l’Arménie est un véritable terrain de jeu pour les randonneurs. La marche est le meilleur moyen de sortir des sites « classiques » et découvrir le pays autrement. Pour les randonnées, en plus de Marinée, j’étais accompagné par des guides locaux, spécialistes de leur région. C’est un vrai avantage car non seulement ils connaissent parfaitement leur territoire, mais ils facilitent également les échanges avec les locaux. J’ai beaucoup aimé la randonnée entre le lac Kari et la forteresse d’Ambert. Nous étions au cœur d’Aragats, le plus haut massif de l’Arménie, culminant à 4091m. Du lac situé à 3400 m d’altitude, nous sommes descendus en traversant des alpages tapissés de fleurs sauvages. Sur le chemin nous avons eu la chance de rencontrer et de discuter avec des Yezidis (des bergers nomades). Tout au long de la journée nous avions une vue imprenable sur le Mont Ararat…

Une population accueillante

L’Arménie est aussi et avant tout un pays accueillant. Au cours des randonnées ou lors des visites, les échanges avec les locaux se font naturellement. Aussi nous avons choisi de dormir dans les chambres d’hôtes, une formule parfaite car ce sont des petites structures familiales avec un confort quasiment équivalent à celui d’un hôtel mais avec une convivialité sans comparaison. Autour d’une tisane (ou plus souvent de l’eau de vie faite maison), j’ai passé de belles soirées avec mes hôtes. Au cours de notre voyage, j’ai aussi eu la chance de visiter une école maternelle à Goris. Les enfants étaient heureux et même un peu euphoriques de recevoir un visiteur. J’ai même eu droit à un spectacle de danse. Ce fut un des moments les plus inoubliables du voyage.

Histoire millénaire, monuments chrétiens, beaux paysages, jolies randonnées, convivialité exemplaire, gastronomie riche, destination peu touristique, voici ce que j’ai retenu de mon voyage en Arménie !

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *