Carnet de voyage d’Olivier, de retour de Mongolie

 Olivier, responsable Amérique centrale, Caraïbes et Asie centrale, vient tout juste de rentrer de Mongolie où il a effectué le voyage « trek chez les Nomades de l’Orkon et dans les montagnes du Khangai », il a encore la tête dans la steppe et nous délivre ses impressions, à chaud !

Rendez-vous en terre inconnue

Au-delà de la beauté des paysages et de l’immensité de la steppe mongole ce que je retiens tout particulièrement de ce voyage c’est avant tout les rencontres avec les Nomades. J’avais souvent entendu parler de l’hospitalité du peuple nomade et je dois dire que ce n’est vraiment pas une légende. Dès que nous quittons Oulan Bator, et que nous arrivons chez notre première famille, après une journée de piste dans la steppe, la rupture commence immédiatement. Nous voici dans un autre monde, le rude et passionnant mode de vie nomade. Très vite nous sommes invités à boire notre premier thé au lait salé dans la yourte et sommes mis à l’aise immédiatement. Notre guide nous présente la famille et les échanges viennent naturellement : c’est parti pour 15 jours d’immersion dans la steppe mongole, de famille en famille, de yourte en yourte !

Ma vie de Nomade

Les randonnées nous permettent d’arriver toujours assez tôt dans les familles nomades ce qui favorise grandement les échanges. Un rituel se met rapidement en place : nous arrivons dans un petit camp familial de 2 ou 3 yourtes, sommes invités à boire le thé au lait salé avec des biscuits, du fromage séché ou du yaourt, faisons connaissance avec la famille puis nous nous installons dans notre yourte traditionnelle (accueillant généralement 5 à 7 personnes). Ceux qui le souhaitent peuvent ensuite participer aux différentes activités du quotidien des familles : ramasser des bouses de yack séchées, ou du bois, pour alimenter le poêle (qui sert pour le chauffage et la cuisine), aider à rassembler le troupeau : moutons, chèvres, chevaux, yacks, vaches. Les familles possèdent généralement entre 200 et 800 têtes de bétail, donc il y a du travail ! Ou encore rentrer les veaux et chevreaux dans les enclos, tondre les moutons, aller chercher de l’eau à la rivière, aider à préparer le repas … Puis, tôt le matin, c’est le moment de la traite des vaches, chèvres et yacks. Les journées des nomades sont bien rythmées et nous en découvrant un bon aperçu. Nous gardons toujours en tête que l’été, la période touristique, est la belle saison mais que pendant l’hiver la steppe est recouverte de neige et la température atteint régulièrement les -40°C … un autre ambiance à tester un jour peut-être …

Terre de trek

La Mongolie est trois fois plus grande que la France avec à peine 3 millions d’habitants, ce qui en fait un terrain de jeu quasi sans limites pour le trekking. De l’immensité de la steppe aux montagnes du Khangaï et de l’Altaï, de la taïga du lac Khovskol au Nord aux dunes du désert de Gobi au Sud chacun y trouvera son aventure.
Notre voyage est une succession de deux treks en immersion chez les nomades puis des randonnées variées. La première partie est la découverte à pied de la steppe sauvage et aride de la région d’Olzit avec un beau trek itinérant de 3 jours à la rencontre des nomades, de belles collines, des troupeaux de chèvres, de moutons et de chevaux semi-sauvages, des gravures rupestres et des tombeaux datant de l’Age de bronze. Nous sommes tout de suite déconnectés et vivons pleinement notre expérience nomade, nous ne croiserons aucun autre touriste. Nous reprenons ensuite la piste en direction du Sud en faisant étape à Karakorum, l’ancienne capitale mongole, où nous visitons ses impressionnants temples bouddhistes. Nous arrivons ensuite dans la fameuse vallée verdoyante de l’Orkhon, au pied des Monts Khangaï, point de départ de notre trek des Huit lacs. Nous partons pour 5 jours de marches dans un paysage très sauvage de moyenne montagne, avec ses forêts de conifères et ses splendides lacs du bout du monde. Toujours de yourte en yourte, à la rencontre de famille nomade chaleureuses. Les soirées sont rythmées par des chants, des histoires, des rires et des parties endiablées de jeu d’ocellés.
Après ces deux treks et ces deux ambiances, nous effectuons de belles rando pour découvrir des monastères bouddhistes perchées dans les montagnes. Sans oublier la balade à cheval dans la vallée de l’Orkon et la balade à chameau dans les dunes du petit Gobi.

Un peu de culture

Voyager en Mongolie c’est découvrir un autre monde, une autre culture. Notre guide passionnée nous a permis de mieux comprendre les différentes périodes de l’histoire mongole, notamment celles du grand Empire de Gengis Khan ou encore de l’invasion soviétique. Les incontournables visites des musées d’Oulan Bator et de Karakorum furent très intéressantes et indispensables pour mieux appréhender la culture mongole.
La Mongolie c’est aussi une grande spiritualité avec le chamanisme ancestral et le Bouddhisme venu du Tibet. Nous découvrons le monastère bouddhique de Gandantegchilen Khiid à Oulan Bator avec ses temples somptueux et un Bouddha géant orné d’or et de pierres précieuses, le fameux monastère Erdene Zuu, 1er monastère bouddhiste de Mongolie, à Karakorum ou encore le monastère de Tovkhon Hidd, perché à 2200 mètres d’altitude, qui fut le lieu de retraite de Zanabazar, un lama mongol et grand intellectuel du 17ème siècle.

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *