,

Il était une fois un trek en Chine

Quelles sont les coulisses du voyage d’aventure ? Quelle est la source d’inspiration des voyagistes ?
Comment imaginent-ils et conçoivent-ils leurs voyages ? Ce sont des questions qui nous sont souvent posées et la réponse n’est jamais simple et unique. Chaque itinéraire a sa propre histoire, sa résonance pour celui qui l’a créé.
Cet itinéraire ne déroge pas à la règle. Nous vous invitons à vivre sa genèse.

Depuis maintenant trois ans, Huwans est installé en Chine, avec deux antennes, l’une à Shanghai et l’autre à Chengdu.
Cette filiale chinoise a deux vocations : organiser les voyages que nous créons pour nos voyageurs européens sur la destination, mais aussi faire voyager les Chinois en Chine et à l’étranger.
Et depuis un an, nous proposons un certain nombre d’itinéraires autour du Sichuan.
La découverte de cette région est au départ une aventure plutôt exceptionnelle : une reconnaissance de nos équipes dans ce massif très peu exploré, présentant des sommets à plus de 6 000 m, situé entre Litang et Batang dans la région du Kham tibétain.

DSC05579
Comme toujours, avec l’envie d’explorer une nouvelle région, il faut se plonger dans les cartes. Aujourd’hui Google Earth a remplacé les vieilles cartes d’état-major. Les images satellites confirment le potentiel de la région. Quelques trekkeurs étaient passés dans la région, mais très vite, il n’y avait plus de photo, plus de trace, alors qu’il y a un col à 5 100 m qui a l’air franchissable.
C’était quelque chose de très excitant pour nous. On revenait à la base de notre métier qui est explorer, découvrir, créer !
Très vite l’idée d’une reconnaissance du massif prend forme avec pour objectif de réaliser un trek qui ferait le tour des 6 200 m du mont Ge’nyen.
Ce n’est pas dans la culture chinoise de s’aventurer dans l’inconnu, de défricher de nouveaux itinéraires. L’équipe française Huwans voulait vraiment vivre quelque chose avec eux, partager ces moments rares où l’on a le sentiment d’être les premiers à poser nos pieds sur un sentier, un col, un sommet.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Sur place, l’expédition démarre par trois jours d’un petit trek d’acclimatation, mais comme souvent dans ce genre d’aventure, le plan ne se déroule pas sans accroc. L’équipe marchait depuis à peine une heure quand des 4X4 les ont doublés et barrés la route.
8 militaires descendent et les poussent à monter dans les véhicules et les transportent dans un camp. Ils confisquent les téléphones, ils ne sont visiblement pas les bienvenus dans la région…
Au bout d’une demi-journée, un homme arrive. Il faisait partie d’une délégation chinoise rencontrée précédemment lors d’un colloque sur le tourisme dans la région. Soulagement !
Très vite il se porte caution pour eux, tout s’accélère, les officiers chinois se confondent en excuses, leurs équipes les ramènent très vite sur l’itinéraire pédestre.
La reconnaissance peut enfin commencer !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La petite équipe progresse très vite, allongeant les journées pour gagner du temps. Les drapeaux tibétains ornent chaque cime, chaque cairn. Quelques monastères ponctuent l’itinéraire, notamment l’extraordinaire monastère millénaire de Lengu. Un bâtiment somptueux qui trône au-dessus de la vallée sur un petit promontoire. Il est décoré de magnifiques boiseries colorées au style tibétain. Nos équipes sont accueillies par les moines avec une douceur incroyable. Ils partagent leurs repas et passent une nuit sur place, un moment unique.
Les sommets qui entourent la vallée sont magnifiques avec d’innombrables ice flute enneigées suspendues à leurs cimes et de longues faces granitiques tendues vers le ciel. Quelques troupeaux de yaks sauvages paissent et s’excitent au passage du groupe qui perturbe leur quotidien paisible. Un véritable petit paradis préservé.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Puis l’équipe arrive à un moment critique du voyage, le col doit être franchi pour réaliser la boucle complète de l’itinéraire, mais aucune certitude quant à son état…
Après une courte reconnaissance pour repérer le passage, tout avait l’air accessible. Pas de neige, pas besoin de crampon, mais une chose était sûre les chevaux qui les accompagnaient ne passeraient pas. Ils sont donc partis légers et autonomes. Une première pour l’équipe chinoise. Ils étaient un peu inquiets. Mais la montée au col fut magique, un vrai moment de communion tous ensemble… Il n’y avait rien, pas de drapeau, un col vierge avec une vue imprenable sur les principaux sommets du massif.
Le col fut solennellement baptisé le col Hu Wans Pass avant la redescende vers la vallée de Loti, incroyablement préservée, parsemée de tapis d’edelweiss et dans laquelle se distinguait des traces fraîches de léopard des neiges.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Le reste de l’itinéraire se poursuit au cœur des mêmes beautés. De retour à Litang, les autorités convoquent l’équipe pour un débriefing. La scène est cocasse, les chinois écoutent ces histoires de col, de marche, de montagne. Ils veulent savoir comment attirer des touristes sur cette zone. Ensemble l’idée prend forme de sanctuariser le massif, de développer des itinéraires qui respectent cet environnement local unique et préservé. Ne pas construire d’hébergements bétonnés, mais plutôt rénover les monastères existants, avoir un accompagnement de développement de l’éducation et ne pas recommencer les erreurs commises dans le passé sur d’autres massifs. Une belle collaboration est en train de naître.
On voit souvent la planète trek comme quelque chose de clos, mais il existe encore énormément de régions à explorer !
La Chine fait partie de ces futurs eldorados, mais c’est une région très contrôlée, avec beaucoup de zones fermées. Il suffit de survoler le lieu pour se rendre compte du formidable territoire de trek qui s’étend de Lhassa à Chengdu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De cette exploration un voyage à vu le jour, « Trek en pays khampa, le tour du mont Ge’nyen ». Un voyage de deux semaines dans la région préservée du Kham avec en point d’orgue le passage du Hu Wans Pass.
Nous aurons également la possibilité de profiter début août du festival du cheval de Litang où les meilleurs cavaliers s’affrontent lors d’épreuves équestres alliant rapidité et dextérité.

Crédits photos : XDR, P.Molga

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *