Canada et USA : Born to be wild

Aucune terre au monde n’éveille autant l’imaginaire que l’ouest américain. On a tous en nous un peu de ce Far West sauvage.
Du Canada à Los Angeles, c’est une succession de paysages cinématographiques. Mais au-delà des images, c’est surtout une nature à la force incroyable, souvent mésestimée. Nous vous invitons à découvrir, ou redécouvrir, ce far west magistral aux couleurs de liberté.

Il était une fois dans l’Ouest

Il suffit de fermer les yeux pour voir cow-boys et indiens chevaucher les plaines, la longue ligne droite d’une Route 66 parcourue par des « trucks » immenses et des « bikers » chevauchant leur Harley Davidson, des bisons perçant la brume au milieu d’un Yellowstone d’hiver, l’épaisse fourrure des ours noirs de l’île de Vancouver, les éternels glaciers du parc de Banff. L’ouest américain, de Whistler à Los Angeles, c’est une culture, un art de vivre, mais surtout une nature incomparable. Déserts, lacs, plaines, montagnes, forêts, parcs naturels, tout est ici réuni dans la démesure du continent. Pendant longtemps, les États-Unis et le Canada ont été mis de côté des routes du tourisme d’aventure. Trop civilisés, trop américains peut-être… Pourtant, c’est bien de cette côte du continent qu’est parti tout un art de vivre. Des hippies des années soixante à Into the Wild, c’est ici qu’est née une autre vision du voyage, plus proche des hommes et de la nature.

usa_photodisc_60329_xdr

Les Rocheuses canadiennes à l’état sauvage

Cette ruée vers l’ouest commence au Canada à la frontière entre la Colombie-Britannique et l’Alberta. Oubliez les routes et les buildings, ici, sur cette ultime terre avant l’Alaska, les forêts et les montagnes règnent en maître dans les Rocheuses canadiennes. Une région où s’étendent d’immenses parcs, comme le plus ancien parc national canadien : le parc de Banff. Il regorge de trésors comme les lacs Louise et Minnewanka ou le glacier Victoria. Un territoire que Marion, créatrice de voyages en Amérique du nord, connaît bien « Je crois que c’est vraiment une des régions les plus sauvages au monde, pour moi c’est le symbole même de la “wilderness”. On sent que nous ne sommes ici que des invités qui pénétrons dans ces parcs avec la plus grande attention pour ne pas troubler l’harmonie qui y règne. Les animaux sauvages sont partout, loups, grizzlis, orignaux, wapitis, aigles… C’est quelque chose de magique et puissant. »
Au nord de Banff, le parc national de Jasper étend ses 11 000 km2 sur d’immenses glaciers, ce qui en font le plus grand parc canadien, alors qu’à l’ouest ce sont les parcs Yoho et Kootenay qui ferment notre route. Tout au long de nos itinéraires, l’esprit des pionniers des trappeurs et des chercheurs d’or n’est jamais très loin. Ce sont eux qui, les premiers, ont investi ces terres indiennes pour venir chercher ici la vie qu’il ne trouvait pas à l’Est. Il en résulte une vraie identité locale, avec un respect de cette nature. Cet art de vivre, nous le partageons le soir venu lorsque le banjo et les histoires de chercheurs d’or se prolongent dans la nuit…

CANADA_06_XDR

Yellowstone, l’irréel

Il faut alors mettre le cap au sud ! Passée la frontière américaine et le Montana, le Wyoming ouvre ses immenses plaines désertiques. Il renferme l’un des plus beaux trésors américains : Yellowstone, le plus ancien parc national au monde, créé en 1872 et aujourd’hui classé réserve de la biosphère.
Un parc aux couleurs irréelles, dues aux nombreux phénomènes géothermiques qui jalonnent la zone. Yellowstone est comme un immense volcan assoupi de la taille de l’Everest. Il recense près des deux tiers des geysers de la planète. Pour Marie, découvrir le Yellowstone était un rêve : « Je suis complètement tombée en admiration devant ce site en regardant des photos de Yellowstone en hiver de Tom Murphy. Sur les images on voyait la vapeur des sources d’eau chaude transpercer la glace et entourer d’immenses troupeaux de bisons qui restaient là pour se réchauffer. Ce fut un déclic, je voulais visiter Yellowstone. J’ai pu le faire l’année dernière, bien évidemment pas en hiver, mais je n’imaginais pas toute la beauté de ces eaux volcaniques multicolores. C’est une vraie féerie. »

usacv_0104_bald_hill

Sites mythiques et décor de cinéma

Nous continuons la descente de la côte. Nevada, Utah, Colorado, Californie… Les États prennent les couleurs de l’ocre, les chevaux remplacent les voitures, les chapeaux protègent du soleil au zénith, nous sommes en terre indienne, au Far West.
Moab, parc national de Zion, parc national des Arches, Monument Valley, Antelope Canyon, le Grand Canyon, la vallée de la Mort… Ces noms suffisent à poser le décor. Nous nous immergeons au coeur de ce western, bivouaquant en pleine nature au milieu du désert : « Je suis photographe amateur. Pour moi photographier Antelope Canyon lorsque la lumière vient se mélanger à la poussière et illuminer les parois de grès de ce dédale labyrinthique était magique. Me retrouver là à prendre cette photo que j’avais mille fois imaginée était impressionnant, j’avais l’impression de rentrer dans la légende », témoigne en souriant Christophe, voyageur Huwans.

usautahocres
Pour Marion, cette région est tout simplement unique : « On est en plein cliché. On est dans les décors que l’on voit dans tous les blockbusters américains. À chaque visite on se dit : “Oui c’est bien là qu’ils ont tourné !” Mais au-delà de l’aspect cinématographique, ce sont des endroits aux caractères vraiment très forts. Des déserts sauvages, arides, presque hostiles. J’aime ces lieux car on dépasse le fait d’être aux États-Unis, on est “into the wild” dans des sites uniques sur la planète. Surtout qu’à une poignée d’heures de route, ce sont les casinos et le grand barnum de Las Vegas.
C’est aussi une terre qui a une histoire. La terre ancestrale des Amérindiens. Les Anasazis ont peuplé cette région il y a plus de 1000 ans, puis les Navajros. Ils sont l’histoire de ces déserts, d’une certaine façon ils hantent encore le Grand Canyon. On a parfois l’impression qu’un guerrier à la coiffe d’aigle nous contemple du haut de son cheval comme pour nous protéger. J’aime ce pays qui parvient à réveiller 
l’enfant qui sommeille en nous. »

1225101558usa_photodisc_60293_xdr

Découvrir les circuits Huwans de l’ouest américain !

Crédits photos : D.Bruno, R.Giraud, Bald Hill, XDR

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.