Contrastes malgaches …

Parfois appelée « le huitième continent »,  Madagascar présente des panoramas multiples, des forêts humides au bush, en passant par les hauts plateaux de granit ocre. En effet, l’île s’est séparée de la Pangée il y a 240 millions d’années, et du coup, son écosystème a évolué  en autarcie. Un chiffre révélateur :  le lémurien, emblème de l’île, existe sous plus de 30 espèces différentes ! Partir à Madagascar,  c’est aussi rencontrer les chaleureux malgaches de ces multiples tribus bigarrées qui peuplent l’île depuis le début de notre ère seulement.


A la rencontre des peuples


Les voyages que nous proposons sont avant tout des voyages d’aventure et de partage de vie. Treks,  randonnées ou voyages découverte sont l’occasion d’échanges privilégiés avec des peuples aux coutumes ancestrales comme le peuple Vezo,  vivant sur le littoral ouest entre Toliara et Mahajunga. Réputé pour être très dépendant de l’océan, ce peuple semi nomade possède une culture chamaniste et animiste codifiée.

De même, les Sakalava sont une mosaïque d’ethnies regroupées d’un même empire pendant le XVIIe siècle. Originaires de la province d’Isaka (côte Sud-Est), ce sont des agro-pasteurs pratiquant l’élevage de zébus et la culture vivrière (manioc, riz, maïs). Et la liste est longue, car Mada ne compte pas moins de 18 ethnies principales.

Le paysage ethnique a été façonné au gré des flux migratoires très perméables, en pleine accélération depuis le XXe siècle. Le dénominateur commun entre toutes ces cultures, c’est la langue malgache qui s’est enrichie au fur et à mesure de tous ces apports, mais aussi un certain culte des ancêtres.


Une île intertropicale

Madagascar est une île intertropicale dont la beauté des paysages, et la diversité de sa biosphère en font une destination de choix pour les voyageurs avides de dépaysement et de découverte. L’île est recouverte à hauteur de 16% par des forêts primaires, très diverses (densité, humidité, altitude et température varient énormément). Du coup, la faune de Madagascar est à l’image du biotope dans lequel elle vit, diverse et endémique. Par exemple, le taux d’endémicité de la flore malgache est de 90% (cela signifie que 90% des végétaux de l’île n’existe nulle part ailleurs dans le monde).

La faune de Madagascar est bien connue des biologistes pour ses lémuriens, ses mangoustes, ses rongeurs et ses caméléons tout à fait uniques. Début mai 2010, une expédition scientifique de chercheurs américains est partie sur les hauts plateaux arboricoles de l’île pour en apprendre davantage sur des sous-espèces de caméléons très rares dont l’unique observation date des années 1970. Cette aventure a fait l’objet d’articles saisissants publiés par le New York Times.


Les aiguilles acérées des Tsingys

Curiosité géologique, les Tsingys de Bemaraha (dans le centre ouest de l’île) et de l’Ankarana (au Nord-Ouest) ont commencé à  se former il y a 200 millions d’années. Nés du soulèvement d’une immense plaque calcaire, les Tsingys (=  « où l’on ne peut pas marcher pieds nus » en malgache), très aiguisés par l’érosion, ressemblent à un massif creusé de failles et hérissé d’aiguilles calcaires. Ces formations uniques au monde servent d’abri à quelques espèces rares d’oiseaux et de lémuriens. Nous vous proposons de les explorer à pied en empruntant des ponts suspendus, des échelles et des câbles, ou en naviguant en pirogue dans les gorges.

Bienvenue en Lémurie

C’est ainsi que l’on désigne parfois Madagascar, car l’île abrite l’immense majorité des espèces de lémuridés vivant dans le monde (une centaine d’espèces et de sous-espèces malgaches). Ces primates très farouches tirent leur nom des Lémures, des spectres invisibles dans la croyance de la Rome antique.

Omnivores, ils se nourrissent principalement de feuilles, fleurs, écorces mais aussi de fruits (noix de coco, goyaves et bananes). Leur habitat englobe la totalité de l’île. De fait, la déforestation concerne aussi ces espèces qui pourraient devenir, même à Madagascar, en voie de disparition si leur habitat naturel n’est pas protégé.


Parole d’expert

Marion, conseillère-voyages Afrique, experte de Madagascar

« La ligne Fianarantsoa – Manakara est la seule ligne ferroviaire du pays. Elle court sur 170 km. Au démarrage, tôt dans la matinée, le train est quasiment vide, mais au fil des nombreuses étapes, les wagons se remplissent.

Chaque arrêt est l’occasion d’une furtive descente, à la découverte d’une nouvelle ambiance, d’un nouveau décor. Au fur et à mesure que nous avançons vers l’Est et la façade maritime, les paysages arides de terre rouge, de rizières, d’eucalyptus et de pins laissent place aux bananiers, aux arbres à pain, aux forêts tropicales denses. Le climat évolue aussi, la température monte et l’ambiance chauffe. Difficile de s’ennuyer sur le thème du partage avec les malgaches ».


Notre sélection

Madagascar du Sud au Nord

Niveau : MODERE

24 jours

Prix ; à partir de 3590 €

Vous traversez Madagascar de bout en bout, et découvrez la fascinante diversité de l’île, diversité des paysages, de la biosphère, des Malgaches ! L’itinéraire inclut le pittoresque train de Fianantsoa, et à chaque gare, c’est un ressenti différent. Sans doute le meilleur moyen de découvrir l’île et ses mystères.


Trek sur l’île Rouge, des hautes terres au Sud Ouest

Niveau : MODERE

15 jours , 7 jours et 2 demi-journées de marche

Prix : à partir de 2 390 €

La marche est vraiment la meilleure façon de découvrir les richesses de la faune et de la flore malgaches. Au cours de ce voyage, nous traversons villages et rizières des hauts plateaux vers Andsirabe, avant d’entrer dans l’univers naturel sauvage des parcs du Sud. Un magnifique trek qui mêle nature et culture…


Madagascar sauvage !

Niveau : MODERE

21 jours

Prix : à partir de 3 490 €

Cet itinéraire fait la part belle à la partie Nord de l’île, aux nombreux petits villages en bordure de lagon. En taxi-brousse ou à pied, nous partons à la rencontre des pêcheurs souriants, avant une excursion sur les petits îlots au large de la côte. La visite du parc de l’Ankarana promet une belle échappée sauvage …

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.