Costa Rica, entre jungle et volcans

Pour votre prochain voyage, vous hésitez entre forêts tropicales, volcans, mangroves et plages ? Entre de la randonnée classique, à pied, et des activités plus sportives, comme le rafting, le canoë, ou le vélo ? Entre la contemplation de paysages splendides, l’observation d’animaux exotiques et la rencontre avec les populations indigènes ? Ne cherchez plus, avec Olivier, créateur des voyages Amérique centrale, embarquement immédiat pour le Costa Rica!

La communauté Cabécar

Il faut deux journées de rafting pour arriver dans le campement de Jameikiri, un bivouac qui offre une pause bien méritée et qui nous permet surtout de rencontrer Doña Silvia de JamaiKäri, une Indienne de la communauté Cabécar, à laquelle appartient ce campement. Cette vieille dame est la garante des traditions de cette communauté, qu’elle s’efforce de transmettre à ses sept enfants.
Chaque année, elle entreprend une randonnée de dix jours à travers les montagnes de Talamanca afin de rendre visite à Awá, le guérisseur des cabécars. C’est à elle qu’il faudra vous adresser si vous souhaitez tout connaître de l’architecture, de la cuisine, des cérémonies ponctuées de danses et de musique ou de l’artisanat local (fabrication de masques, sacs, arcs flèches, bols, colliers…).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’activité rafting, un best au Costa Rica

Il y a trente ans de cela, les premiers adeptes de rafting ont descendus les rivières costaricaines, puis de nombreux autres au fil des années. Aujourd’hui, les rapides du fleuve Pacuare, par exemple, sont un spot très renommé qui a accueilli les championnats du monde de rafting en 2011.  
Cet essor du rafting s’est accompagné de construction d’abris sur les rives du fleuve et d’un développement bénéfique pour certaines communautés indigènes. En effet, de nombreux membres de ces communautés sont devenus guides de rafting, ce qui leur a permis de rester sur leurs terres tout en apportant des revenus pour leur communauté.

Region paquare

Les forêts primaires et ponts suspendus

Le Costa Rica est la destination nature par excellence. Les voyageurs sont emmenés au cœur d’une nature dense, sauvage et préservée et qui, a elle seule, constitue une vraie rencontre avec notre planète. C’est notamment le cas dans la forêt tropicale située au pied du volcan Arénal, où  vous attend un parcours d’une dizaine de ponts suspendus à différentes hauteurs. Cela permet de s’élever pour observer la canopée et tout un écosystème qui se développe, probablement le plus varié, car on y trouve les fleurs et les fruits recherchés par de nombreux animaux et les prédateurs y sont plus rares.
Au-delà de la forêt, les volcans reprennent leurs droits, dressant leurs cônes vers le ciel azur. Entre ascension sur leurs roches volcaniques noires et descente vers des plages aux eaux cristallines peuplées de tortues et de toucans, cette immersion costaricaine est une véritable ode à la nature.

COSTA RICA

Olivier

Témoignage

Olivier, créateur des voyages Huwans au Costa Rica nous parle du circuit « Multi-activités entre jungle, volcans et océans » et plus précisément de deux personnages qui ont marqué son voyage. Deux rencontres du bout du monde avec Doña Mari Luz et Don Beto, deux costaricains qui reflètent les ambitions et les préoccupations de leur pays.

 

 L’écotourisme avec Don Beto

Au début du voyage, notre rencontre avec Don Beto, l’actuel président de l’Association écologique du Copal, nous a donné les clés d’un monde où économie, agriculture, tourisme et écologie savent faire bon ménage. Ancien ouvrier dans des plantations de canne à sucre, Don Beto s’est uni avec d’autres ouvriers et leurs familles afin d’acheter des terres dans la forêt Brumeuse (Selva del Humo), dans le but d’y développer l’agriculture.
Ces paysans-ouvriers ont désigné Don Beto, pour aller négocier avec les banques les fonds nécessaires à l’achat de ces parcelles, acquises plutôt bon marché. Mais ils ignoraient qu’elles se trouvaient dans une zone protégée, inapte à l’agriculture. Ne se laissant pas abattre, Don Beto et ses compagnons décidèrent de les exploiter en se lançant dans l’écotourisme, car sans le savoir, ils avaient acquis des terres uniques, abritant plus de 380 espèces différentes d’oiseaux!

Costa Rica

Les multiples vies de Doña Mari Luz

Après une promenade à vélo à travers la réserve naturelle de Manzanillo et une randonnée dans le Parc National et sur les plages de Cahuita qui nous permet d’observer les singes hurleurs et autres capucins, nous faisons la connaissance d’une femme à l’histoire singulière, Doña Mari Luz. Venue travailler dès l’âge de 13 ans dans les plantations, elle travaille par la suite comme porteuse d’or à Corcovado.
Quelques années plus tard, elle hérite d’une parcelle agricole qui va changer sa vie. Elle commence à vendre divers produits de sa culture (bananes, pêches, ananas…) directement aux consommateurs, dans la rue. De fil en aiguille, grâce à sa forte personnalité, elle va attirer l’attention des touristes, curieux d’en connaître plus sur l’origine de ses fruits aux goûts exquis. Elle a alors fait visiter sa ferme, ce qui lui permet de vivre à la fois du tourisme et de l’agriculture. Un destin atypique!

Rencontre

Découvrir les circuits Huwans au Costa Rica

 Crédit photo: S Fautré

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.