De retour des Canaries

Rachel, conseillère voyages experte de la zone Europe

Rachel revient des Canaries (janvier 2012) où elle a participé au voyage « Ténérife et Gomera, randonnées paradisiaques »
C’est sur l’île de Ténerife que nous atterrissons pour débuter un programme qui va nous permettre de découvrir 2 îles de l’archipel des Canaries : Ténérife et la Goméra. Au cours de notre transfert entre l’aéroport et notre 1er hébergement au nord de île de Ténerife, nous sommes tout de suite plongés dans cet univers volcanique duquel ont émergé ces îles. En effet, en route, nous passons au travers d’un champ de lave (datant d’une éruption de1905) avant de passer au nord par des collines boisées. Le changement de paysage est radical entre ces deux parties de l’île : aride et minéral au sud et verdoyant au nord. Tout au long de notre séjour nous retrouverons ces contrastes qui font d’ailleurs l’intérêt et la variété de ces îles « au printemps éternel ».

Rachel, peux-tu nous parler de l’organisation sur place ?

Sur Tenerife, comme à la Goméra, notre minibus nous emmène toujours au départ des randonnées. Notre guide, Corinne, qui vit à la Goméra, possède une connaissance approfondie de ces îles qu’elle nous fera découvrir tout au long de ce séjour.
Sur chaque île, nous sommes hébergés dans des appartements-hôtels très confortables et très bien situés. Sur Ténerife, nous avons bénéficié d’une vue imprenable sur l’océan puisque le logement est à flanc de colline, dominant la petite ville de Guarachico, connue pour ces piscines naturelles!

A la Goméra, l’hébergement est au début du village d’Hermigua, au cœur de la vallée éponyme, ce qui nous permet de limiter les temps de transfert, voire de démarrer à pied de l’hôtel le 6ème jour.

Les repas ont été l’occasion de déguster, le soir une cuisine familiale faite à base de produits du terroir : simple, goûteuse et roborative après ces bonnes journées d’excursion ! Pour les pique-niques, Corinne a toujours pris un grand soin à varier les salades et nous proposer les fromages et les charcuteries locaux ainsi que les fruits cultivés sur l’île.

Peux-tu nous parler des randonnées ?

Chaque journée nous a permis d’apprécier la variété des paysages que recèle ces îles.
Nous avons ainsi pu, au nord de Ténerife, randonner en sous-bois ou le long des canaux d’irrigation à flanc de paroi (ou en les traversant à la lampe frontale par de petits tunnels) tandis que suivions en descendant la vallée, des rochers, enfouis sous une végétation variée, souvent creusés de petites grottes ayant servies à une autre époque d’habitat troglodytique.

Nous avons souvent eu l’occasion d’apprécier, en randonnant sur les crêtes, la vue imprenable sur les autres vallées, avec toujours en ligne de mire le bleu de l’océan.

Avant de prendre le ferry pour changer d’île nous avons randonné dans le parc national du Teide. Ce fut un changement radical de paysages dans cet univers minéral façonné par le volcan et ses coulées de lave.

Sur la Gomera, nous avons randonné à travers des cultures en terrasse, des vallées luxuriantes ou parsemées de palmiers.

Parfois nous marchions dans des vallées plus arides et minérales.Nous avons souvent eu comme toile de fond le Teide, volcan majestueux situé sur l’île de Ténerife mais bien visible par beau temps.

Un moment fort de ton voyage ?

Ce voyage a été un véritable cocktail de bons moments ! Tant par l’ambiance qu’il régnait dans notre groupe que par les paysages qui ont « défilé » sous nos yeux. Pouvoir arriver en fin de randonnée, dans le petit village de Teno qui était en fête, fut aussi un moment très sympathique. Une fois par an, tous les habitants des environs viennent faire bénir leurs animaux à l’église afin qu’ils soient en bonne santé le restant de l’année, ce qui donne lieu à un défilé animalier surprenant. Autour de cette fête religieuse, des festivités sont organisées au rythme de petits groupes de musiques locaux. A mon sens cependant, le moment le plus fort fut la journée dans le parc national du Teide. L’arrivée en voiture nous a mis déjà « dans l’ambiance ». Nous avons traversé des champs de lave, parsemés de sapins ayant réussi, au gré du temps à reprendre vie et à reformer un semblant de forêt. Puis le paysage est devenu totalement minéral avec des couleurs de roches dictées par les différents minerais qui les composent. Puis, c’est à pied, au terme d’une « ascension » de 650m, parfois un peu physique, que nous sommes arrivés au sommet de Guajara à 2715m d’altitude, avec pour récompense la vue sur une mer de nuage venant de se former et en face, au premier plan, l’imposant Teide. Plus loin, nous apercevons les îles environnantes, bref une vue splendide à 360° !!

Pendant ce séjour, un festival de couleurs a imprimé nos pupilles, passant de la verdure de la végétation luxuriante de certaines vallées, aux coulées de lave marron foncé, en passant les cultures en terrasses façonnées par l’homme, les rochers et la terre ocre ; tout cela entouré par le bleu omniprésent de l’Atlantique.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.