Interview de Frédéric, guide zamzam sur l'étape 3

Frédéric, depuis combien de temps vis tu au Népal ? Pourquoi as-tu choisis ce pays? Quel est ton parcours de guide?

Cela fait une douzaine d’années que je suis venu au Népal, la première fois avec mon amie pour découvrir la culture népalaise. Dès ma première visite, je suis tombé amoureux de ce pays et surtout de ses habitants. À force de revenir, j’ai fini par rencontrer Jérôme, responsable clubaventure à Katmandou, qui m’a offert l’opportunité d’accompagner des groupes de trekking. Cela fait maintenant presque 8 ans que j’encadre des groupes pour clubaventure et je suis toujours heureux de partir en reconnaissance pour de nouveaux itinéraires hors des sentiers battus.

Sur ce voyage, nous traversons le pays Magar. Peux-tu nous parler de cette ethnie et leur mode de vie?

Les magars sont l’ethnie Mongole majoritaire au Népal après les Indo-aryens. Ils habitent essentiellement dans l’ouest du Népal dans la région de Dhaulagiri et au sud des Annapurnas. Majoritairement hindouistes depuis le douzième siècle, ils pratiquent pour certains des rites ancestraux animistes. Au Népal ils sont essentiellement agriculteurs et élevant aussi des animaux comme le porc, qu’ils sont les seuls à manger au Népal. On les trouve aussi dans le corps des Gorkhas de l’armée Britannique. Les magars sont dur travailleurs, mais sont aussi joviaux et accueillants.

Peux tu nous parler aussi des paysages que nous allons rencontrer au cours de ce voyage ?

Les forêts de rhododendrons sont en floraison au printemps (mars avril). C’est un spectacle sublime vivement recommandé ! Ce trek nous offre des paysages magnifiques sur les Annapurnas et essentiellement sur le Dhauligiri. Nous traverserons de villages typiques Magars aux maisons traditionnelles et habitations de types tibétaines au sud du Dolpo, pas une journée ne se ressemble !

Quels sont les avantages du trek en bivouac par rapport un trek en lodge ?

Le bivouac a l’avantage de nous donner la possibilité de choisir les meilleurs endroits pour les camps avec des vues extraordinaires. On a à notre disposition l’équipe népalaise et sa cuisine, qui sauront mieux répondre à nos attentes qu’un lodge. La nourriture dans les treks en bivouac est soigneusement choisie et variée. De plus le trek en bivouac permet d’avoir un contact plus proche avec la population locale, souvent curieuse et surprise de voir les trekkeurs arriver dans leur village.

À bientôt donc sur ZAMZAM, la traversée authentique à la découverte de l’âme du Népal.

1 réponse
  1. Roussy
    Roussy dit :

    Grand plaisir de trouver interview de Frédéric qui a été mon guide en octobre 2012 sur le trek « A à Zen ». Nous étions 12 zamzameurs qui ont vite formé un groupe chaleureux qui garde toujours depuis un lien épisodique entre TOUS ces membres. Encore un grand merci à Fred !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.