Philippe nous raconte son expédition associative à Madagascar

EWEXMKI0485Philippe est un passionné de voyages depuis toujours.
Il a vécu ces 3 dernières années à la Réunion où il organisait des expéditions touristiques dans les Terres Australes et Antarctiques Françaises. Avant de regagner la France métropolitaine, il ne voulait pas partir sans connaître Madagascar, cette île immense et si particulière, mi-africaine mi-asiatique, où tout est endémique. Il nous raconte son périple associatif.

La légende de la tribu mystérieuse

J’ai entendu parler d’une expédition menée cet été par Evrard Wendenbaum dans le massif du Makay, un des derniers sanctuaires vierges de la nature situé au sud-ouest de l’île.
Et pour cause, les ethnies locales malgaches voient dans ce gigantesque labyrinthe minéral le dernier repère d’une tribu mystérieuse disparue depuis bien longtemps. C’est certainement la crainte de rencontrer ces hommes d’un autre âge qui a permis de limiter les dégradations et la déforestation dans les vallées isolées du Makay.

11693938_10155807417505084_2584321096568665416_n

Evrard, qui est spécialiste de cette région, devait organiser une nouvelle mission d’exploration pour trouver les passages qui permettraient d’accéder à quelques-uns des derniers recoins inconnus du Makay, là où s’épanouissent des forêts primaires coupées du monde extérieur depuis des millions d’années.
Autant de sources possibles d’espèces nouvelles à découvrir et à rajouter à la centaine d’autres découvertes lors de ses missions précédentes.

EWEXMKI1163

Un projet écotouristique engagé

L’association Naturevolution fondée en 2009 par Evrard s’est en effet d’abord donnée comme objectif de connaître ce massif pour mieux le protéger.
Ainsi, après avoir mené une série de grandes expéditions naturalistes et d’actions de sensibilisation, elle a officiellement obtenu la gestion du site et a soumis au gouvernement malgache un plan d’actions de conservation basé sur des projets locaux de développement économique et social dont un projet écotouristique.
C’est dans ce cadre-là que j’ai rejoins l’expédition durant laquelle j’étais chargé de trouver et définir de nouveaux circuits à potentiel touristique.

EWEXMKI1260

L’aventure hors du monde

L’aventure a commencé par un long voyage en 4×4 de plusieurs jours pour accéder au lointain massif. Puis c’est, au terme d’une longue marche d’approche que, nous avons installé un camp de base au pied des montagnes et découvert un éden aux dimensions colossales !

EWEXMKI0455

Des trekkings variés, engagés et toujours spectaculaires nous ont permis d’escalader les sommets arides et brûlés par le soleil pour ensuite se plonger dans des vallées inondées luxuriantes.
Passant de l’escalade au canyoning voire parfois à la spéléo, nous nous sommes retrouvés dans des forêts refuges où l’on ne reconnaissait ni les plantes ni les arbres puisque tout y est endémique jusqu’au moment où nous avons rencontré les étranges habitants de ces lieux, d’élégants lémuriens qui nous observaient avec les mêmes yeux ronds et curieux que nous…

Le massif hors du monde du Makay est réellement un endroit qui marque. Je crois que si j’y avais croisé Indiana Jones je n’aurais pas été étonné !

EWEXMKI0162

En savoir plus sur Naturevolution
Partir à Madagascar avec Huwans !

Crédit photos : P.Mistral, Evrard Wendenbaum

3 réponses
  1. françoise BROUQUET
    françoise BROUQUET dit :

    n’est-il pas un peu exagéré de parler de PROJET ENGAGE, mettant en avant le développement économique et social d’une région, en proposant de l’ouvrir, cette région, aux nuisances du tourisme ?
    ceci fleure un peu la propagande marchande à la mode.
    Laissez donc les régions soit-disant presque vierges à leur état de virginité. C’est ce qui fait leur prix !
    Merci.

    Répondre
    • Huwans
      Huwans dit :

      Bonjour,

      Philippe a pris part à un projet de l’association environnementale Naturevolution qui a pour principale mission la préservation de la biodiversité et l’amélioration des connaissances sur le vivant.
      Leurs actions sont ciblées sur la restauration d’espaces dégradés, la création d’aires protégées, la sensibilisation du grand public et des populations locales etc…
      Leur mission « Ecotourisme » oeuvre au développement d’un tourisme écologique et responsable dans des espaces naturels qu’ils souhaitent sauvegarder. Il permet d’apporter un revenu alternatif aux activités néfastes pour la nature telles que les feux de brousse et le braconnage.
      Il ne s’agit en aucun cas d’ouvrir des régions préservées à un tourisme de masse.
      Nous espérons avoir répondu à votre commentaire.

      Répondre
    • Philippe
      Philippe dit :

      Pour faire simple Françoise, on ne peut pas protéger ce qu’on ne connait pas.
      Et aussi vierge et isolé que soit le Makay, il est bel et bien menacé. Par les feux de brousses notamment, que les villageois vivant à côté du massif allument pour élargir leurs pâturages et n’éteignent pas… Ces feux dévorent les forêts jusqu’à atteindre le Makay.
      Et quand on n’est plus ignorant, on ne peut rester indifférent.
      Pour protéger ce sanctuaire de la biodiversité il faut donc mettre en place des actions de sensibilisation et proposer aux populations locales d’autres méthodes de développement qui, tout en préservant le massif, apportent aux locaux des bénéfices plus importants qu’ils n’avaient auparavant.
      C’est ce que Naturevolution fait là-bas depuis plusieurs années : pépinières, apiculture, construction d’école, éducation, gestion des déchets, etc… et ces chantiers sont financés par l’écovolontariat et l’écotourisme.
      Le problème est donc plus complexe mais les solutions existent et marchent.

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.