Rencontre avec un habitué des Grandes Expéditions Huwans

GérardGérard est un grand voyageur. Depuis des années, il parcourt le globe, toujours animé par les mêmes envies : rompre avec le quotidien,  découvrir de nouveaux horizons et rencontrer les habitants du monde.
Mais ce n’est pas un voyageur « classique ». Gérard a la particularité d’aimer les voyages au long cours,  ceux où l’immersion est totale et où celle-ci dure plusieurs semaines.
En 2012, il a participé à ZAM ZAM, la grande traversée d’est en ouest du Népal avec Huwans : 6 étapes, près de 4 mois de randonnées et de rencontres au travers du pays népalais.
Personne n’a donc été surpris de le retrouver dans les premiers inscrits pour la Grande Expédition Huwans Patagonie 2014.
Il témoigne sur son aventure népalaise et  son futur projet patagon !

Vous êtes un grand voyageur. Combien de destinations avez-vous à votre actif ?

Cela fait maintenant quelques décennies que je voyage avec Huwans clubaventure ce qui fait quelques destinations au compteur ! Cela va de l’Afrique du Nord, à l’Amérique du Sud en passant par l’Asie… Le dernier pays en date étant le Vietnam. Une superbe randonnée dans le Haut Tonkin où nous logions chez l’habitant. Merveilleux souvenirs avec de très belles rencontres.
J’ai également effectué quelques voyages en famille quand mon fils était plus petit : Tunisie, Maroc, Egypte. Que de beaux souvenirs pour moi et mon fils avec des guides toujours très disponibles pour les enfants. Mais je ne sais pas encore si je lui ai transmis la fièvre … Après la Grande Expédition ZAM ZAM, je suis retourné au Népal en octobre 2013 avec un neveu et un ami qui, heureux de l’expérience, repart ce mois d’août avec sa femme au Ladakh.

01_06_2012-0051

Comment vous est venue la passion des voyages et de la randonnée ?

Au départ, pas de réelle passion. Dans ma jeunesse, je faisais des circuits en bus mais l’ambiance de groupe était, en général, déplorable et il y avait très peu de contact avec la population. A l’époque, je n’étais pas spécialement sportif mais j’ai tenté une randonnée en groupe et depuis je n’ai plus quitté cette formule ! L’ambiance est toujours conviviale, sans rivalité, ni esprit de compétition et les contacts avec la population sont beaucoup plus forts.
C’est un bonheur de traverser des villages et de camper au cœur ou aux abords de ceux-ci. Il y a parfois beaucoup de fatigue mais elle est toujours récompensée. Et quel plaisir de parcourir la nature, de s’arrêter où et quand on veut, plutôt que de traverser des régions à toute vitesse.

zam zam 3

Plutôt voyageur au long cours ou même les courts séjours vous font rêver ?

Les deux me font rêver. Plutôt voyageur au long cours ce qui permet de s’immerger et de découvrir plus en profondeur. En partant plusieurs semaines, on est réellement dépaysé, on s’imprègne beaucoup mieux des us et coutumes de la population que l’on croise et les contacts en sont facilités.
Mais le plus difficile reste à lier la durée du séjour avec les impératifs professionnels. Le Népal comme la Patagonie étant en dehors des périodes de vacances estivales, cela a été possible.

népal

Vous avez réalisé toutes les étapes de ZAM ZAM en 2012, quels souvenirs en gardez-vous ?

Des souvenirs forcément inoubliables, des plus beaux moments, il y en a eu tant ! Au cours de la première étape, je me souviens de ces hommes, femmes et enfants étonnés de nous voir installer notre campement au cœur de leur village et venant nous photographier. Ce sont des moments que l’on a d’ailleurs vécu pratiquement durant toute la traversée car les chemins parcourus étaient très peu touristiques.
A la deuxième étape, lorsque nous nous sommes arrêtés dans le village de notre guide Ngawang, une fête a été organisée. Les villageoises, avec leurs habits colorés, ont commencé à danser seules mais très vite ce fut l’ensemble des locaux et des voyageurs qui les rejoignirent.
Pour la troisième étape, ce fut la découverte de ce village extraordinaire de Maikot bâti au sommet d’un promontoire. L’accueil y fut inoubliable. Merci d’ailleurs à Fred notre guide qui a remarqué ce village lors de la reconnaissance du circuit et qui nous a permis de le découvrir.
Autre souvenir, dans le Dolpo où nous avons campé dans une cour d’école pendant que des classes avaient lieu au grand étonnement des élèves. Une fois les classes terminées, les enfants défilèrent devant nous pour nous saluer. Pour couronner ce ZAM ZAM, il y eut la kora autour du mont Kailash. Des familles avec des enfants en bas âge faisaient un pèlerinage et passaient le col à 5700m, où l’on pouvait admirer des drapeaux de prières par milliers. Et comme dans tout voyage, même les difficultés mineures du périple laissent des souvenirs impérissables.

zam zam5

Les liens créés avec le guide, le groupe sont-ils plus forts que dans un voyage classique ?

La durée étant exceptionnelle, les liens avec les autres membres du groupe deviennent plus fort aussi bien avec ceux qui ne font qu’une étape qu’avec ceux qui en font plusieurs voire la totalité. Tous les participants, quel que soit le nombre d’étapes effectuées participent à une grande aventure en commun et cela crée forcément des liens que les réseaux sociaux arrivent à faire perdurer.
Avec les différents guides, même si on en change à chaque étape, les liens sont également plus fort surtout dans la mesure où les chemins parcourus étaient en dehors des sentiers battus. Il y a aussi le lien avec les porteurs, assistants, cuisiniers. Certains ont également fait plusieurs étapes et les liens se renforcent. Le fait de dormir en bivouac fait que l’on partage beaucoup plus la vie de toute l’équipe.

zamzam1

Est ce que cela a été dur physiquement ?

Les étapes étaient en général régulières, cela a été certains jours un peu dur surtout du fait des conditions atmosphériques car il y eu beaucoup de neige. N’étant pas spécialement acrobate, il y a eu des parties enneigées assez difficiles. Mais grâce au soutien des différents guides et de mes compagnons de randonnée, tout s’est très bien passé. Il faut dire qu’au Népal on est très bien accompagné car en plus du guide, il y a les différents assistants qui nous suivent le long de la marche. Et en cas de difficulté, il y a toujours quelqu’un qui surgit mystérieusement près de nous pour nous aider !
Après il y a les impondérables liés aux conditions de santé. Mais dans le groupe il y a toujours une entraide qui fait que les petits bobos sont vite soulagés. Nous avions Barbara qui nous a beaucoup aidé et qui n’hésitait pas non plus à aider les quelques népalais qui réclamaient une assistance médicale. Et quelques sourires de la population locale nous requinquent très vite !

16_04_2012-8407

Qu’est-ce qui vous a décidé à participer à la Grande expé Patagonie 2014 ?

Revivre une aventure au bout du monde où il y a un bon compromis entre randonnée, découverte et navigation. C’est une région que je ne connais pas du tout et au vu des photos et reportages que j’ai pu voir cela parait extraordinaire. Il y a aussi le coté coupure du monde et l’expérience de la navigation que je n’ai jamais connue.

UAPIG_530_C_DUFY

Quels sont les émotions que vous voulez revivre dans ce grand périple ?

Les conditions seront sans doute différentes de la traversée du Népal et donc les émotions seront également différentes. Au départ, nous aurons sans doute des contacts avec la population locale mais la dernière partie qui se déroulera en mer, ce sera plus l’expérience de l’isolement complet. Naviguer à travers les glaciers doit être une expérience inoubliable. Et côté nature, voir de près les baleines, phoques, manchots…

 Le boulard et Iceberg l'Arche - fissures inquiétantes Hg jmabo

Quelle serait pour vous la future destination idéale d’une nouvelle grande expédition ?

La destination idéale serait pour moi le Népal. Ce pays est comme une drogue, il ne faudrait jamais y goûter ! Pourquoi pas la traversée d’Ouest en Est cette fois ! Mais une autre destination pourrait être l’Amérique du Sud.

zamzam3-

Découvrir la Grande Expédition Huwans Patagonie 2014

Crédits photos : G.Queva

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.