Rencontre avec Ivan

Ivan, guide Huwans à Cuba depuis 1994

Ivan, décris-nous ton voyage coup de coeur !

Notre voyage « Rando Caraïbe » par exemple est très riche : les sentiers à Topes sont magnifiques, on peut apprécier une nature exubérante avec ses fougères arborescentes, ses ficus, ses orchidées… sans oublier les cascades et bassins qui nous permettent de rafraîchir la randonnée.

Les nuits sont tranquilles, mais un petit cocktail ne manque jamais, comme celui de Codina, la première nuit en montagne : le Ginchila, mélange de miel, infusion de gingembre, jus de citron et rhum, attention au gingembre dans ces nuits légèrement fraîches !! Un petit domino (jeu national) ne manque jamais. A Mil Cumbres les nuits sont musicales, les paysans du coin nous jouent de la musique traditionnelle locale.

Mais mon coin préféré est de loin Viñales ! Ce paysage paradisiaque est plein de magie. Les mogotes (montagnes arrondies) parsemées au milieu de la vallée, ne sont jamais les mêmes selon la saison et les cultures qu’on y plante (le tabac, le manioc, les haricots, la patate douce) mais la terre est toujours aussi rouge, contrastant avec la verdure des plantes ; cette terre me fait penser au Roussillon que j’ai connu lors de ma première venue en France en 1998. La tranquillité, la paix qu’on respire dans cette région est unique, et pourtant on ne manque pas les coqs le matin, et les taureaux qui labourent le champ.

Mais ce que j’adore par dessus tout c’est les gens que nous rencontrons, chaleureux, accueillants, souriants, malgré leurs pénuries matérielles, on ressent l’honnêteté et la sincérité chez eux.
A Viñales il n’y a que 3 petits hôtels, ce qui fait que la plupart des agences proposent Viñales en une seule journée… et ils ont tort ! C’est un endroit où il faut rester plusieurs jours. Nous, nous dormons chez l’habitant, donc, même dans les saisons les plus touristiques, nous n’avons pas de problèmes d’hôtel.

Selon toi, quels points faut-il retenir d’un voyage à Cuba ?

LHistoire : la visite de Santa Clara, le mausolée de Che Guevara et son musée. La visite de la région de la Baie des Cochons.

L’architecture : la visite des plus belles villes de la région occidentale et centrale du pays : Trinidad (joyau architectural, patrimoine de l’humanité). Cienfuegos (fondé par les Français, patrimoine de l’Humanité), Pinar del Rio et La Havane (sans doute la plus belle des villes de la région).

Les contacts et échanges culturels : les nuits et repas chez l’habitant, visites des communautés paysannes. Dans ce circuit, nous visitons une fabrique de cigares, mais le plus intéressant est notre étape dans une ferme à Viñales pour voir un paysan rouler ses propres cigares, pendant qu’il nous invite a prendre quelques fruits et nous propose un café.
Tout le processus de la fabrication défile devant nos yeux, le champ, le séchoir, la fabrication, il nous fait tout voir.

Des randonnées dans des paysages très variés, dans la vallée de Vinales avec les mogotes, ces pitons karstiques, tout droit sortis des paysages asiatiques, les montagnes chargées d’histoire de la Sierra Maestra, où Fidèle Castro et le Ché préparèrent la révolution cubaine, ou encore la montagne tabulaire verdoyante du Yunque, point culminant de l’île.

La musique et la danse : les nuits à Trinidad sont animées de dimanche à dimanche, toujours la musique, la danse … Viñales idem … on rencontre toujours des Cubains dans les petits cafés, où il y a des concerts en permanence : les Cubains ont envie de danser, et le font bien !

Les plages : on consacre une demi-journée de plage à la Baie des Cochons et une journée entière a Cayo Jutia.

Quelles sont les personnes chez qui nous logeons ?

A Trinidad nous dormons toujours chez Mathilde ou Yamilé, mais quand les groupes sont grands, il y a d’autres hôtes aussi sympathiques. Nous avons inclus un repas de langouste à Trinidad pour plusieurs raisons : Trinidad est une ville de mer, donc la langouste est fraîche, et chez l’habitant elle est toujours meilleure qu’à l’hôtel : préparée à la planche et avec amour !

A Viñales on va toujours chez Marisol, et même si tout le monde ne dort pas chez elle, c’est toujours elle qui nous prépare le dîner que nous prenons ensemble en famille. Nous prenons toujours le repas du midi chez un paysan nommé Félix, un personnage haut en couleur qui nous accueillie les bras ouverts dans sa plantation de tabac.

Tu es guide pour clubaventure depuis 1994 ; comment les voyages ont t il évolué au fil des années ?

Nos voyages ont beaucoup évolué en 17 ans. Au début nous étions obligés d’aller tout le temps dans les hôtels et installations d’État, donc les rencontres avec la population étaient un peu limitées malgré nos efforts pour les faciliter pendant les randos.

Maintenant nous dormons assez souvent chez l’habitant, ce qui permet d’avoir une approche authentique et directe avec la famille qui nous accueille, qui nous prépare le petit-déjeuner le matin : la qualité des repas chez l’habitant est largement supérieure à celle de la plupart des l’hôtels !

Comment as-tu rencontré clubaventure ?

En 1989, mon diplôme de Langue et littérature anglaise à l’Université de la Havane en poche, j’ai commencé à travailler comme guide pour une agence de voyage nationale cubaine. Cela fait déjà 21 ans que je travaille comme guide !

Entre 1990 et 1992 j’ai pris des cours de français, puis en 1994 j’ai accompagné le premier groupe clubaventure à Cuba. J’ai rencontré Yannick Briand, qui a accompagné les deux premiers groupes en tant qu’accompagnateur français clubaventure. Il m’a alors proposé d’être l’accompagnateur clubaventure à Cuba, ce qui permettait aux clients de voyager avec un guide local.

C’est ainsi que j’ai fait la découverte du tourisme de nature et randonnée ; et j’ai appris de mes clients l’amour de la nature, des rencontres et à apprécier ces moments magiques autour d’un mojito ou un cuba libre, face à un coucher de soleil tout en partageant les richesses culturelles avec les clients (qui ne sont plus des clients mais des amis !)

1 réponse
  1. Marc
    Marc dit :

    Un voyage auquel je repense souvent pour beaucoup de bonnes raisons, ambiance, amitié, découverte, etc….
    Yvan, tu as oublié le pomelos légèrement creusé, ajouter une dose de rhum et du jus de canne fraîchement pressé, un must.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.