Rencontre avec Rudra Basnet

Tu es le guide de Zam Zam 4 et 5 ; comment décrirais-tu ces deux grands voyages ?

Ce sont des voyages authentiques, qui sortent des sentiers battus. Nous allons dans des régions très difficiles d’accès, ce qui nous permet de nous éloigner des sentiers touristiques et de nous approcher de la « vraie vie » des Népalais de l’Ouest.

Le Népal de l’Ouest, certainement dû à son éloignement, préserve son état sauvage et son authenticité.
Sur le ZAMZAM 4, nous sillonnons les sentiers du Dolpo et la vallée de Tarap . Cette région est fortement influencée au niveau culturel et religieux par le Tibet voisin. On y croise encore des nomades qui continuent à promouvoir les rituels ancestraux.
Les marcheurs endurcis vont se régaler sur l’étape ZAMZAM 5. Même si on reste sur une moyenne d’altitude assez modeste, les dénivelés sur ce trek sont importants. On va se régaler des vues imprenables sur l’Ouest Himalaya et sur le lac Rara durant ce trek.

Qu’est ce que les voyageurs viennent chercher au Népal?

Les montagnes bien sûr, mais aussi le contact humain ! La gentillesse des Népalais est réputée, et c’est ça qui fait la différence du Népal avec d’autres destinations montagne.

Je distingue deux types de voyageurs : des trekkeurs qui viennent marcher, et ceux qui viennent pour la culture.
Les trekkeurs sont avant tout attirés par les montagnes et la vie des villages. Ils adorent les rencontres et les échanges avec les locaux, et c’est ce que j’essaie de prendre en compte lorsque j’encadre un voyage trek.
Les motivations de ceux qui font des voyages Découverte sont un peu différentes. Ils aiment les montagnes mais ne souhaitent pas trop marcher. Ils veulent surtout découvrir le pays dans sa globalité.
Bref, quelles que soient les motivations des voyageurs, ce qui est essentiel c’est qu’ils rentrent en général ravis de leur voyage, et c’est très courant qu’ils reviennent au Népal régulièrement…

Comment es-tu devenu guide, et plus précisément, avec clubaventure ?

Je suis originaire de la région de Solukhumbu. Je suis arrivé à Katmandou il y a quelques années pour mes études supérieures.
Pour payer mon école de commerce à l’Université, j’ai commencé à travailler comme assistant-cuisinier sur des treks. J’ai atterri dans ce domaine grâce à mon cousin qui était lui-même cuisinier de trek.
Au fur et à mesure, j’ai évolué dans la hiérarchie et suis devenu sherpa, puis sirdar.
Après ma licence, j’ai fait des études de guide culturel. Je ne savais pas qu’il me fallait une deuxième langue pour être guide culturel, donc en parallèle j’ai pris des cours de français à l’Alliance Française. Et me voilà, guide de trekking et guide culturel depuis huit ans maintenant et j’accompagne essentiellement au Népal, au Ladakh et au Tibet. Le trekking me plaît beaucoup !

Deux mots à aux futurs voyageurs ?

Préparez-vous bien car ce sont des itinéraires soutenus, dans des régions reculées.
Et apportez une belle dose de bonne humeur !!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.