Via Francigena : tous les sentiers mènent à Rome !

C’est un itinéraire de pèlerinage mythique, reliant Canterbury à Rome. Cette « voie qui vient de France » fut initiée par Sigeric, alors archevêque de Canterbury lorsqu’il effectua le trajet vers Rome en 990.
Au fil des siècles, celle-ci s’inscrit parmi les sentiers de pèlerinage incontournables. Découvrez cette intégrale italienne !

Lancez-vous sur le chemin

Col du Grand-Saint-Bernard, altitude 2 469 mètres. Le ciel est drapé d’un voile gris, comme pour mieux confirmer l’importance de ce havre de paix et de repos crée en 1050 par saint Bernard d’Aoste. Situé à la frontière de la Suisse valaisanne et de l’Italie, il est ouvert toute l’année aux voyageurs, même pendant les pires tempêtes hivernales.
Quelques aboiements, c’est l’heure de la promenade des chiens du Saint-Bernard. Les fameux chiens ont aussi fait la réputation de l’endroit, un tonnelet autour du cou bravant les éléments pour secourir le voyageur en détresse. Ce point de passage crucial entre les vallées est aussi majeur pour la Via Francigena.
« De ce col du Grand-Saint- Bernard jusqu’à Rome, le périple est réalisable en 46 à 53 jours pour effectuer l’intégralité du parcours, selon que vous enchaînez la totalité d’une traite ou bien que vous réalisiez les étapes en plusieurs fois », explique Yann, créateur des voyages Huwans en Europe.

Italie_Via_Francigena_8_Orvieto_Rome_ph_Marta_Zarelli_from_viterbo_to_vetralla1

Avant tout une itinérance culturelle

Même sans forcément être croyant, arriver sur la place Saint-Pierre de Rome est forcément impressionnant. Certains empruntent la Via Francigena dans une démarche spirituelle, les autres ont juste envie de profiter d’un grand itinéraire historique et pédestre.
Tous les attraits de l’Italie semblent se confondre sur se sentier ! Chaque région possède une culture et une identité très forte, avec de vraies différences jusque dans les dialectes. Il y a encore 150 ans, emprunter cette voie c’était traverser plusieurs pays bien différents, avec des langues et une culture spécifique. Le Piémont, la Toscane, l’arrivée à Rome… C’était comme traverser la France, l’Allemagne et le Portugal !
Pour preuve, Gabriele, sicilien, amoureux de ce sentier, évoque le fameux pain toscan « sciocco ». « Les Toscans sont très fiers de leur pain mais tout le reste de l’Italie le trouve plutôt fade car sans sel. Cette habitude remonte aux temps où les boulangers ne pouvaient plus payer la taxe sur le sel. » La coutume est restée et ce pain est ancré dans l’identité toscane. « Ici tu fais 10 ou 90 km et tu as l’impression de changer de pays ! ».

Italie_Via_Francigena_7_Siena_Orvieto_Orvieto_ph_Giuffrida

Un parcours avec ses détours

Il y a le chemin classique, traditionnel, « réglementaire ». Mais lorsque vous longez une route goudronnée importante, rien n’empêche de passer à deux kilomètres dans de petits villages magnifiques sur des chemins plus agréables.  Par exemple, Florence n’est pas sur la voie classique mais pourquoi passer si près et ne pas s’y arrêter !


Val d'Orcia (SI), Toscana, Italia, EuropaDécouvrir les 8 étapes italiennes :

1 La Via Francigena, du col du Grand-Saint-Bernard à Ivrée
2 Le Via Francigena, d’Ivrée à Pavie
3 La Via Francigena, de Pavie à Parme
4 La Via Francigena, de Parme à Sarzana
5 La Via Francigena, de Sarzana à Florence
6 La Via Francigena, de Florence à Sienne
7 La Via Francigena, de Sienne à Orvieto
8 La Via Francigena, d’Orvieto à Rome

 

Crédit photos : AEVF, Bracci, Giuffrida, Marta Zarelli

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.